Demain


L’événement VERBE SACRE 2018 est en cours

DOSSIER VERBE SACRE 2018

LES PIERRES DE SUBIACO 


d’après BENOÎT DE NURSIE – NOVALIS – GILLES BAUDRY

Quel mystère règne au cœur de la petite Communauté d’hommes qui conduit de Subiaco à Landévennec, de l’an 508 à aujourd’hui, en 2018 ? Quel lien apporterait sens à une existence d’hommes quand, au travers de cataclysmes semant éternelle déstabilisation, subsiste la terre-mère, que se relèvent les murs effondrés et que surnage l’Ordre fondateur ?

La Communauté monastique – née au 6è siècle et depuis la mise en application de la Règle au 9è siècle – vit toujours.
Ce monde, situé hors du temps mais ancré à son réel, demeure et trouve – malgré ses fragilisations – équilibre. Les jalons implantés depuis la grotte de Subiaco par un pauvre et humble anachorète, ont produit ramures et permis non seulement de rassembler des frères humains « au service du Dieu » mais de fonder une confrérie active, vibrante. Avec patience, avec amour, elle s’est étirée par édifications à travers toute l’Europe jusqu’à resplendir dans le monde entier.

À l’instar d’un roman policier, l’oratorio théâtral Les pierres de Subiaco présente les membres d’une fratrie qui tour à tour se côtoient, travaillent, prient, bâtissent, étudient et aussi s’épient. En des temps disharmoniques qui secouent le monde, chaque protagoniste tente de décrypter l’Esprit – émergence de la Règle composée et léguée par Benoît – qui insuffle inlassablement une orientation à saisir pour graviter vers une Lumière ‘architecture tant de la Matière que de l’Âme’.
Or, la mort rôde et les désastres se succèdent.

Réussir à dénouer l’énigme du savoir, qui persévère entre constructions et destructions « obstinées » des abbayes – par les vikings ou la Révolution -, voilà ce que va tenter de déchiffrer, à l’encontre de forces obscures, le sibyllin Grégoire, qui prodigue enseignement au moinillon, l’étudiant Friedrich. Comment une Institution, qui a surmonté douze siècles de confusions et de meurtrissures, est-elle devenue la plus antique de Bretagne ?! Où et comment identifier les augures de
celui qui a érigé des édifices non seulement de pierre mais a engendré un véritable temple de l’Esprit, où le monachisme demeure opérant en ce monde, malgré toutes les tempêtes générées par l’homme ?

Traversant les siècles passés, pour initier Friedrich, Grégoire tente de délier le chemin de la vie, de la connaissance au sein d’une confrérie imaginaire. Quant à, Pierre, acharné bâtisseur de cloîtres, aidé de ses ouvriers – acolytes, il entreprend
de relever les murs… Lequel aura le Mot de l’ultime combat : l’esprit constructeur et fidèle de Benoît transmis par Grégoire ou, au contraire, le fâcheux Florentius, prélat disposé à confondre l’Ordre en fomentant de perpétuels vacillements ?

15 octobre 2017

Antoine Juliens, Directeur artistique